Maureillas Las Illas, notre patrimoine …

Maureillas Las Illas compte de nombreux monuments historiques accessibles au public.

Chapelle Saint Martin de Fenollar - Maureillas Las Illas

Chapelle Saint Martin de Fenollar

Situé près de l’ancienne Voie Domitienne, juste avant le franchissement des Pyrénées, Saint Martin de Fenollar est une petite église d’architecture préromane, mentionnée pour la première fois dans un texte de 844, comme possession de l’abbaye d’Arles.

A l’origine, elle était couverte d’une charpente en bois, et reçut plus tard une voûte de pierre et, surtout, au cours de la première moitié du XIIème siècle, elle fut décorée d’importantes fresques. Ce décor présente sur les murs l’histoire de l’incarnation (Annonciation, Nativité, Annonce aux bergers, Adoration des Rois Mages) et, au-dessus, la vision de la Majestas Domini, inspirée de l’apocalypse; le Christ entouré du Tétramorphe reçoit l’hommage des vingt-quatre vieillards de l’Apocalypse.

Il s’agit du plus important décor peint du Roussillon, plutôt proche, par le style, des productions méridionales d’Aquitaine et du Languedoc, et différent du Grand Style italo-byzantin, illustré par les peintres de Taüll (Catalogne Sud). Par sa palette réduite et par sa puissance d’expression, c’est une œuvre singulière qui impressionna fortement les artistes modernes et, particulièrement, Picasso et Braque lors de leur venue en 1910. Classement monument historique depuis le 1er août 1967.

« Bien que modeste, l’église de Saint-Martin-de-Fenollar recèle le plus important ensemble de peintures murales conservé in situ de Catalogne du Nord. La datation de cette ancienne dépendance de l’abbaye bénédictine Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech est assez controversée.

Certains auteurs en situent la construction au IXè siècle, moment où elle apparaît dans quelques textes émanant de l’autorité carolingienne (844, 869, 875, …), d’autres entre la fin du Xè siècle et le début du XIè siècle, à cause du voûtent qui couvre entièrement l’édifice. Quoi qu’il en soit, son plan s’inscrit dans la tradition préromane par la nef rectangulaire haute et large et le chevet bas et étroit, de forme trapézoïdale déviant légèrement vers le nord.

Tous les arcs primitifs sont légèrement outrepassés et disposés en retrait par rapports aux montants, comme à Saint-Michel-de-Cuxa et à Saint-Miguel de Riunoguès par exemple. Deux doubleaux se prolongeant le long des murs par des pilastres divisent le vaisseau en trois travées. La porte, placée au sud, est flanquée de deux étroites fenêtres à simple ébrasement.

L’éclairage est complété par trois autres baies, à l’ouest, au-dessus de l’arc triomphal et à l’est. Cette dernière a été refaite. Les maçonneries, en moellons, galets et mortier de chaux, sont renforcées aux angles par des blocs de plus grandes dimensions formant des chaînes. Le contraste est saisissant entre la sévérité des murs et le monde coloré qui se cache derrière, dans le sanctuaire.

Eglise St Etienne Maureillas

Église St Étienne

14, avenue du Vallespir
66480 Maureillas-Las-Illas

Une église dédiée à Saint Etienne est citée pour la première fois en 1147. L’édifice actuel date du 17ème siècle.
Il s’agit d’un édifice à nef unique de trois travées avec charpente reposant sur arcs diaphragmes et voûtement en plein cintre. Il est terminé par une abside polygonale portant une pierre gravée 1666.
L’église est bordée sur le côté sud de chapelles voûtées en plein cintre et d’un porche d’entrée à l’ouest.
Les peintures intérieures sont récentes et le chœur pentagonal a été restauré récemment.
Une tribune se situe au-dessus du portail d’entrée.
Un clocher tour de plan carré et d’allure massive se dresse sur le côté sud. Il est percé d’ouvertures en plein cintre dans la partie supérieure. Sur la façade où est situé le cadran d’horloge, une porte rue du château, permet d’accéder au clocher.
Sur la terrasse au sommet se dresse une petite cage en fer contenant deux cloches. Celle-ci est surmontée d’une girouette en forme de coq et du drapeau catalan.
On peut distinguer l’appareillage de l’édifice qui est entièrement recrépi.
L’église conserve des retables, du Christ (17ème siècle), de Saint François (17ème siècle), de la Trinité (18ème siècle), une chaire (18ème siècle), une commode (18ème siècle), une cadireta (18ème siècle), un Christ (17ème siècle), une Vierge (13ème siècle), une Vierge (18ème siècle), de nombreuses statues (17ème et 18ème siècles), une toile de Saint Michel (17ème siècle).

Découvertes en 1860, les fresques de l’abside ont fait l’objet d’une première étude en 1886. Depuis lors, elles font régulièrement l’objet de publications scientifiques. Des restaurations relativement récentes ont permis de mettre au jour des fragments de peinture sur le mur sud de la nef (draperies, quadrupède), dans l’embrasement de plusieurs fenêtres et sur l’arc triomphal (personnage en buste, bras levés). L’édifice devait donc être entièrement couvert d’un décor polychrome dont l’essentiel de ce qui est conservé se situe sur la voûte et les murs du sanctuaire. » (Extrait des Églises romanes oubliées du Roussillon)

Eglise St Michel de Riunogues - Maureillas Las Illas

Église Saint Michel de Riunoguès

Située sur le versant nord de l’Albère, à l’ouest du col de Panissars, Saint-Michel de Riunoguès est une église pré-romane, exceptionnellement bien conservée, très caractéristique des constructions entre les 9ème et 10ème siècles, avec une toiture recouverte de lauzes (grosses dalles de pierre grise), ce qui constitue une rareté aussi bien en Vallespir qu’en Roussillon. Elle abrite des œuvres intéressantes : « le banc de justice », notamment, et un curieux retable sculpté, de 1739, représentant Sain Michel terrassant le démon. Curieusement, le démon est représenté sous la forme d’un petit enfant et pour éviter toute confusion avec l’enfant Jésus, le démon est affublé de gros sourcils et d’oreilles pointues. L’église, mentionnée trois fois au 10ème siècle, est classée monument historique depuis le 14 février 1989.« L’existence de l’ancienne église paroissiale Saint-Michel de Riunoguès est attestée par plusieurs textes dès la fin du Xè siècle (974, 987 et 990). Elle dépendait alors de l’abbaye bénédictine Sant Pere de Rodes, en Emporda. Assez bien conservée malgré les siècles, Saint-Michel est un bel exemple d’église préromane rurale réduite au minimum fonctionnel, c’est-à-dire à une nef unique et une abside.

La première, rectangulaire, a été couverte postérieurement d’une voûte reposant sur un seul doubleau et quatre arcs latéraux de renfort. Le sanctuaire, plus étroit et plus bas, n’est pas dans l’axe du vaisseau, mais dévie vers le sud. Son entrée est fortement marquée par un arc outrepassé assez irrégulier posé sur les montants resserrés couronnés d’une imposte.

L’effet de rétrécissement de l’ouverture dans sa partie basse se retrouvait dans la porte méridionale primitive, dont la trace est encore visible à l’extérieur. Cette forme, en trou de serrure, se rencontre fréquemment dans les constructions des IXè et Xè siècles de la région, par exemple à Sournia, dans les églises Saint-Michel et Sainte-Félicité, dans l’abbatiale de Saint-Michel-de-Cuxa et, tout près de Riunoguès, à Saint-Martin-de-Fenollar.

La lumière pénétrait par d’étroites fenêtres à simple ébrasement vers l’intérieur. A des périodes qui nous sont inconnues, on ouvrit une nouvelle porte à l’ouest, on éleva le sacristie au nord contre le chevet, et on fit un clocher-mur occidental pour remplacer celui qui s’élevait au-dessus de l’arc triomphal.

Les maçonneries, visibles seulement à l’extérieur, sont faites de pierres de dimensions et de formes irrégulières, noyées dans un abondant mortier. Des blocs de plus grandes dimensions et mieux équarris renforcent les angles. » (Extrait des Églises romanes oubliées du Roussillon)
Coordonnées GPS :
42° 27′ 43″ Nord
2° 49′ 11″ Est

dolmen de la Siureda - Maureillas Las Illas

Dolmen de la Siureda

Ce dolmen, à chambre carrée, entouré d’un tumulus, date de l’âge du bronze. Les hommes qui l’ont érigé avaient choisi un site, qui est particulièrement ensoleillé et où l’on bénéficie d’une très belle vue sur la plaine du Roussillon. Il témoigne d’une implantation humaine forte à l’époque du chalcolithique (fin de l’ère mégalithique en Pyrénées au IIIème millénaire, avant JC). L’archéologue et préhistorienne Françoise Claustre a contribué à expliquer le phénomène mégalithe, notamment par l’étude du dolmen de la Siureda.

Coordonnées GPS
42° 27′ 47.8″ Nord
2° 47′ 29.4″ Est

Notre Dame du Remede - Maureillas Las Illas

Notre Dame du Remède – Mare de Déu del Remei

« L’église se situe à environ 1,5km au nord de Las Illas. Rarement citée dans les textes, très remaniée et restaurée. Sainte-Marie de Las Illas est mal connue et mal datée. L’édifice initial se composait d’un chevet carré et d’une nef, bâtis avec des moellons en granit disposés avec une certaine régularité. » (Extrait des Eglises romanes oubliées du Roussillon)

Les visites découvertes

Les visites découvertes sont organisées par le Service d’animation de l’architecture et du patrimoine du pays d’Art et d’Histoire. Elles sont accompagnées par un guide-conférencier ou un guide de Catalogne agrée.1h30 à 2h de visite guidée à la découverte des monuments romans de la commune.
Pour plus d’informations : valleescatalanes.org